Le Cabaret Vert – Irréductibles Ardennes

cabaret vert- festival - radiovnl

Il était une fois dans la ville du grand Arthur Rimbaud, un rassemblement d’irréductibles festivaliers qui depuis 13 ans relie avec force et fidélité le Cabaret Vert. Envers et contre tous Mathieu Pigasse et Live Nation et fort d’une armée de 2000 bénévoles, ce dernier monte vers les étoiles avec force et rock’n’roll. Votre humble serviteur souhaite vous conter l’histoire de ces quatre belles journées en Ardennes sidérales.

Tente pausée, libérée délivrée, il est temps de rencontrer mes chers voisins. Belges, Ardennais, Lyonnais, Tergnier … Toutes les nations de la Gaulle libre sont représentées. On a même entendu dire que la Californie a envoyé deux de ses représentants. Les douches sont froides, les nuits chaudes, le pastis tiède, les soundsystems portatifs aléatoires, les bénévoles adorables … Je vous passe les détails c’est mieux qu’un quatre étoiles. Allons jeter un œil  dans le œil du cyclone.

Passons le portail portatif sécurisé avec brio par des vigiles prévenants et aventurons nous du côté de la grande scène Zanzibar pour admirer la beauté live de London Grammar. Ok « Truth Is A Beautiful Thing » leur nouvel album est à chier mais comment ne pas se repaître d’amour de la jolie voix d’Hannah sur « Nightcall ».

Chronixxx étant un peu trop babos pour mon esprit malade, j’attend la légende Cypress Hill avec impatience en m’alléchant des délices proposés par les divers stands de bouffe locale proposés par nos chers anges gardiens de FLaP. L’association de la chefferie du Cabaret Vert qui promeut avant tout un événement proche de son territoire, à moindre impact écologique et animateur de bonnes vibes d’amour. Ici intervient Cypress Hill. « Insane The Brain » est le mot d’ordre, la folie s’empare du square Bayard et les légendes du rap Américain en ont encore à revendre.

Je ne vais pas vous mentir, le reste de la soirée appartient à l’Histoire.

Soulwax on my mind

Le blues du sud Ardennais de Dirty Deep sur la scène des Illuminations résonne telle une douce mélopée tandis que je rejoins le Temps des Freaks avec une démarche de Cow-Boy. Circassiens, comédiens et dieux du rock’n’roll. Un peu de chill devant les jolis films l’IDéaL puis la folie. Parquet Courts et surtout The Kills … Voyage sidéral. Alison & Jamie me tuent, me retournent et m’abattent. Malheureusement je n’ai pas encore ma dose et m’en vais définitivement mourir du côté de Ty Segall et son psychédélisme acharné. Le temps du repos est arrivé, je ne reviendrais pas affronter les scènes avant le show démentiel des frères Dewaele, plus connus sous le nom de Soulwax. Trois batteries et la violence. Belgique I Love You !

Un samedi au soleil

Il fait beau, il fait chaud et Charleville brûle de Californie. Allons honorer nos chers Allah Las et leur surf rock (malheureusement victimes de quelques encombre à Hambourg la veille). Rien n’arrête le rock’n’roll ! Sourire aux lèvres et danse de l’amour, aller simple pour SF ! Lemon Twigs & Franz Ferdinand font le reste. Tout le square Bayard à retenu ce « Oh I Forgot One » suivi par un « Take Me Ou »t d’anthologie. Oui il en faut peut pour être heureux ! La suite avec Justice en mode bulldozer. Je recherche mon cerveau et mes potes avant un Panda Dub en forme, de la dub et de la violence en closing de ce samedi. N’imaginez pas la suite : vous n’y étiez pas.

Houston we’ve got a problem

Un dimanche sous le signe de l’amour, des chatons et des sangliers. Le Hackaton dont je vous ai parlé ici est gagné par l’équipe des Truites mérite toutes les félicitations des 98 000 festivaliers ayant foulé les pelouse de la plaine. Au passage le Cabaret Vert a encore battu des records de fréquentation comme cité précédemment mais aussi de préservation de la planète, de good vibes, de licornes et d’amour fou. Je laisse les statistiques aux professionnels mais elles parleront d’elles même croyez moi. En cette jolie après midi et soirée Kate Tempest avec son flow assassin et notre chère et infatigable Catherine Ringer ont dominé le game. GIRL POWER !

Je vous avouerais que vu ma pauvre culture bande dessinée j’ai raté quelques trucs mais certains chers amis on trouvé plus que leur bonheur au festival adjacent et concubin. Ce fut mon quatrième Cabaret Vert, le dernier de la belle aventure Radiovnl mais l’un des premiers d’une longue histoire d’amour. Sanglichons de France et de Navarre, ici est le paradis.

J’ai l’insigne honneur de marquer la fin de l’aventure Radiovnl. Merci à mon cher rédac chef Thomas, merci Delphine malgré ma fulgurante absence de l’espace presse, merci et surtout bravo à Julien pour cette belle réussite et à toute ton équipe et merci Christian pour tes goût musicaux. Petite dédicace à ma cheftaine d’amour et à la commandante de Liège !

A VOUS LES STUDIOS ! RADIOVNL GET THE FUCKIN’ VIBES ! RESPECT ÉTERNEL A TOUS LES RÉDACTEURS, AUDITEURS, ANIMATEURS, CONTRIBUTEURS !

Rendez-vous le 23 août prochain ======> ARDENNES CONTRE ATTAQUE !

Miaou … RDV sur Slap ! Léchouilles à tous !

 

 

 

 

Moucha
Moucha – Chat sauvage undercover, d’ici et d’ailleurs.
Un partage = un bisou

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For spam filtering purposes, please copy the number 8295 to the field below: