Odessey & Oracle and The Casiotone Orchestra

Oyé, Oyé, en ce 12 décembre 2014 est sorti chez Carton Records un ovni pop, mais pas seulement, dont je me dois de vous parler. Réalisé par le trio Lyonnais Odessey & Oracle, accompagné par une harmonie d’une douzaine d’amis baptisée The Casiotone Orchestra, cet album accompagnera parfaitement vos douces soirées d’hiver.

Ayant pris pour nom le chef d’oeuvre des Zombies, Odessey & Oracle ont fait le pari fou de mélanger l’ancien et le moderne pour donner à leur pop un relief rarement atteint dans ce registre. On fait face à un choc des cultures qui n’a rien de perturbant, bien au contraire. Inspirés par les expérimentations parfois étranges des groupes des 60’s et leur psychédélisme, ils font se rencontrer le baroque, la pop et la musique électronique ainsi qu’une pincée de folk dans une explosion de couleurs et de délicatesse. Quand la musique médiévale croise le chemin de la pop, quand la viole de gambe s’acoquine avec un synthétiseur analogique, on ne peut qu’être agréablement surpris.

Fanny, Alice et Guillaume, les trois membres du groupe, ont plus d’une corde à leur harpe en termes d’instruments. Ils ont pourtant décidé de donner une dimension encore plus explosive à leur création avec le Casiotone Orchestra. Cette multiplicité instrumentale et chorale permet à l’album de faire entrer l’auditeur dans un monde parallèle. Ambitieux et abouti, chaque morceau est une nouvelle surprise à la musicalité transcendante.

Odessey & Oracle © Sylvie Mauris-Demourioux_9

Tout commence comme une montée de LSD avec 2016. Douces vocalises, flûte, violon et synthétiseur pour un décollage aussi sucré qu’énergique. S’ensuit Invention #1, accompagné d’autres transitions du même nom  qui parsèment l’album. Celles ci reproduisent des sonorités baroques et médiévales avec des instruments modernes. Comme des rappels sous formes de friandises au milieu du déluge sonique, mais néanmoins mené avec maestria, des autres morceaux.

On trouve avec Esprit du Ciel le seul morceau en français de l’album. Lumineux et allumé, fruit d’un mariage choral et instrumental ravissant, on se surprend à se perdre quelque part en Brocéliande au son du banjo. De son coté, ballade d’un autre temps relié à une énergie électrique, Night of the tacky toys est une perle chorale et un voyage instrumental à travers les ages auquel on ne peut rester insensible.

Odessey & Oracle © Sylvie Mauris-Demourioux_1

Il y aurait tant de choses à dire sur cet album que cela en devient presque frustrant. A une époque ou l’audace, les expérimentations et les prises de risques sont limitées, Odessey & Oracle se jettent dans le vide. Il semble que le label Carton n’ai pas parié à tort sur ces talentueux musiciens à l’imagination et à la culture musicale sans limites. Chacun devrait trouver son compte dans cet album, amateurs de douceurs médiévales & renaissance comme de folies électro-pop. Cela sera aussi l’occasion pour certains de découvrir ou redécouvrir de merveilleux instruments tels que la viole de gambe, le violoncelle baroque ou les flûtes anciennes. Il va sans dire qu’ Odessey & Oracle and The Casiotone Orchestra est l’un des albums les plus surprenants de cette année. De Haendel au Flower Power, du lyrisme à l’électronique, il n’y a parfois qu’un pas.

Moucha
Moucha – Chat sauvage undercover, d’ici et d’ailleurs.
Un partage = un bisou

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For spam filtering purposes, please copy the number 3825 to the field below: